Fréquence Banane sur la route des festivals!

Chroniques à la une:

Faire justice est bien. Voir Justice est mieux !

Justice, c’est ce soir sur la grande scène de Paléo. Voici un petit aperçu de ce qui vous attend si vous êtes encore d’attaque à minuit. Retour attendu Le duo français Justice se produit ce soir sur la Grande Scène de Paléo. Gaspard Augé et Xavier de Rosnay reviennent à Nyon pour faire « pogoter » une foule qui les attend depuis 2012. Leurs titres phares, tels que D.A.N.C.E ou Genesis feront certainement partie du show, mais le groupe risque bien de faire découvrir son nouvel album, sorti récemment. Woman est sorti en novembre 2016 dans les charts mondiaux. Un album qui se veut fidèle au groupe Justice, expert de l’électro-rock, avec la dose de french touch adaptée. Les deux DJs parisiens s’apprêtent à le jouer ce soir au Paléo Festival et on espère qu’ils seront à la hauteur de nos attentes, tout comme il y a 5 ans. Cet album se veut un peu plus funk que les précédents, sans rien enlever à ce qui incarne le groupe. Un concert qui s’annonce mouvementé Les pogos ne manqueront pas, connaissant l’inventaire de Justice. Genesis, Stress ou encore les reprises du groupe Queen: tout est mixé afin de permettre aux basses de faire péter les enceintes. Parfois métal, parfois électro, parfois même disco ou classique, les Justice savent tout faire en le remaniant à leur sauce. Leur célèbre croix sera évidemment exposée sur la scène, sous un spectacle de lumières comme à chacun de leurs concerts. Reste à espérer que la pluie ne soit pas au rendez-vous, même si les festivaliers de l’Asse y sont...

Len Sander électrise le Club Tent

Hier soir, le Club Tent accueillait son premier artiste sous le coup des 16h30 pour une soirée riche en musique et en émotions. Il s’agissait de Len Sander, groupe originaire de Zürich. Au total, 6 membres ont fait vibrer la grande tente nyonnaise: une chanteuse, une guitare, un synthé, un percussionniste et deux batteries (dont une électronique). Avec des sonorités à cheval entre Purity Ring, Jagwar Ma, Foals, M83 et Little Dragon, Len Sander ne se laisse que difficilement mettre dans une case précise. Ou comme le dit si bien le descriptif de Paléo, « entre pop spatiale et électro miroitante, Len Sander compose de la poésie en mouvement, une ode à la souffrance des cœurs brisés ». On pourrait tenter de définir le style du groupe comme une sorte de pop électrique teintée d’un léger psychédélisme atmosphérique aux douces nappes vaporeuses, toujours avec un son très propre et des kicks calés à la perfection. Jargon de mélomane à part, disons simplement que les basses ronronnantes et les percussions énergiques venaient rythmer à la perfection la voix envoûtante de la chanteuse Blanka Inaueu. Entre transe semi-consciente et envolées lyriques tout en maîtrise, elle a réussi avec brio à transporter le public dans une autre dimension au tout début des festivités, alors que les premiers fûts venaient à peine d’être percés et la foule avait à peine eu le temps de prendre ses quartiers sur l’Asse. Point regrettable dans le même temps, l’audience clairsemée rendait difficilement honneur à la prestation intimiste mais néanmoins dansante livrée par Len Sander. Trop tôt peut-être pour une musique de cette qualité. Pourtant, ce concert aux allures...

Midnight Oil, la classe australienne sur la plaine de l’Asse !

Les Australiens étaient de passage au Paléo pour leur retour sur scène. Un concert impeccable entre le soleil et les chapeaux cardinal. Dans le monde du Rock n’roll, il y en a des histoires à raconter, des tubes et des légendes à décortiquer. Il y a les légendes disparues et vénérées, alors que certaines sont actuelles et admirées. D’autres en revanche semblent confirmées mais oubliées. Le sentiment général n’était pas loin de l’indifférence lorsque Midnight Oil est sobrement monté sur scène en ce bel après-midi sur la plaine de l’Asse. Une masse de plus en plus compacte et curieuse s’est néanmoins pressée pour accueillir les Australiens, peut être plus par nostalgie que réel enthousiasme. Il faut dire que le coup des vieilles gloires ressorties du placard, le public averti le connaît et s’en méfie parfois cruellement. Face au retour de Midnight Oil, cela peut sembler justifié, leurs dernières tournées remontant au début des années 2000. Se posent alors inévitablement quelques questions : tiennent-ils toujours debout, se questionnent les anciens, est-ce que je connais au moins une chanson se demandent les plus curieux ? Alors que les premiers auront finalement eu rapidement une réponse positive, les autres n’auront pas eu besoin de connaître par cœur le répertoire du groupe pour apprécier un concert solide et efficace. Dès les premières notes, le ton est donné. Le charismatique Peter Garett (qui visiblement n’a pas compris qu’il ne jouait pas dans le pays du « French president Macron » mais dans la confédération de la chère Doris) et sa bande sont en forme et ne s’arrêteront pratiquement jamais pendant une heure et demie. Des classiques, des riffs...

Que fait Fréquence Banane à Paléo ?

Pour cette 42ème édition du Paléo Festival de Nyon, Fréquence Banane vous propose quotidiennement une émission de 11h à 13h en direct du festival!

De nombreuses interviews, articles, coups de cœur et micros-trottoirs seront également concoctés par notre équipe et mis à disposition sur ce site tout au long de la semaine !

Les coups de cœur de la rédaction

Arthur

Mais mec, Arcade Fire!


Cela faisait longtemps qu’un concert ne m’avait pas fichu les larmes aux yeux! Merci Arcade Fire, merci pour votre énergie, merci pour tout. Du fond du coeur.

Gabriel

Tryo, convivialité et musique

Le concert du groupe français Tryo s’est déroulé sous le soleil, malgré les prévisions, et il a envoyé du lourd ! Vianney est même monté sur scène pour les rejoindre le temps de quelques morceaux. Joie et bonne humeur, de quoi bien commencer cette journée du jeudi au Paléo !

Cyril

Génération Y

Ce coup de cœur est dédié au septantenaire qui a essayé tant bien que mal de braver la barrière technologique pour nous prendre en photo avec un Smartphone. On se souviendra de son selfie involontaire.

Lauriane

Ainhoa

Paléo en béquilles

Parce que s’exploser la cheville à Paléo a ses côtés marrants. Merci au type qui m’a demandé si j’allais au Festival de Cannes.

Thibault

Le festivalier d’ici !

Le mec devant moi avec son sac « Zweifel Paprika – Orginal Chips », me rappelle que Paléo est un festival tendance, mais bien de chez nous aussi! En attendant Midnight Oil, voilà mon coup de coeur, le festivalier d’ici !

Prochaine émission dans

Jours

:

Heures

:

Minutes

:

Secondes